Articles

Pourquoi la religion?

Si quelqu’un s’installe chez vous, mange et utilise vos meubles, puis choisi de vous ignorer et de reconnaître votre présence dans votre propre maison, comment vous sentiriez-vous ?

Nous le faisons avec Dieu.

Nous vivons sur sa terre, nous respirons son air, nous mangeons sa nourriture, mais beaucoup d’entre nous l’ignorent.

Si on pourrait vivre dans un endroit d’autre que la terre de Dieu en pouvant se soutenir sans eau et nourriture crée par Dieux; vivre sans respirer son air; pomper nos cœurs et contrôler la production de nos propres enzymes, alors nous avons le choix d’ignorer lui et sa religion.

Même si nous rejetons cet argument fondé sur ses besoins, nous devons admettre que le Créateur a des droits sur sa création. Par exemple, lorsque nous avons un animal de compagnie, nous voulons son obéissance pour son bien et sa protection, alors nous l’entraînons et espérons son obéissance, bien que nous ne l’ayons pas créé, nous l’avons simplement acheté.

Qu’en est-il les droits de notre créateur et de tout ce que nous avons?

Dans la plupart des aspects de la vie, nous nous soumettons déjà à Dieu: nous ne choisissons pas nos parents; nos gènes Ne contrôlent pas notre respiration. Ne pompez pas nos propres cœurs; etc. Notre Créateur veut que nous nous soumissions facilement à d’autres aspects dans lesquels il nous a donné le libre choix, c’est-à-dire à l’esprit et au cœur.

Cependant, Dieu n’exige pas une soumission basée uniquement sur notre dépendance.

Sa demande que nous l’adorions n’est pas parce qu’il a besoin d’adoration, il est complètement indépendant, mais c’est pour notre propre bien.

En tant que créateur, il sait ce qui est le mieux pour nous.

Notre bonheur dans cette vie et dans la vie suivante ne peut venir que de la soumission au Créateur et après sa révélation.

Lorsque je visite un nouvel endroit et demande à un résident de confiance comment se rendre à une attraction à proximité.

J’ai deux options:

Je peux suivre les instructions ou essayez de trouver mon chemin.

Essais et erreurs. Si je choisis le premier, je ne me perdrai pas. Lorsque je choisis ce dernier, je me soumis à un possible échec d’atteindre le but.

La manière la plus logique et efficace est de demander à un résident.

Le but est d’obtenir des instructions d’une source fiable.

Dans l’exemple ci-dessus, si je choisis de suivre les instructions locales, il pourrait m’aider davantage en marchant avec moi ou même en l’emmenant là-bas.

Mais si je dis non, je trouverai ma propre voie, cela me permettra probablement de faire face aux conséquences de ma persévérance et je pourrais me perdre.

De même, si nous acceptons les conseils de Dieu, Il nous donnera plus d’aide et de conseils.

Mais si nous nous éloignons, Il pourrait nous faire tortiller dans notre ignorance.

Dis: «Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en œuvres?  Ceux dont l’effort, dans la vie présente, s’est égaré, alors qu’ils s’imaginent faire le bien. (Coran18: 103-104)

Auparavant, nous avons défini la religion comme un ensemble de relations, d’éthique et de valeurs qui relient une personne à son créateur et à la communauté qui l’entoure.

Les explications suivantes visent à clarifier la nature des lois éthiques universelles de la religion:

  • Ces directives éthiques visent à restreindre le comportement humain. On peut les appeler notre conscience intérieure, quelque chose que nous réalisons grâce à l’éducation.
  • Ce sont des valeurs morales innées essentielles qui n’existent que dans notre conscience humaine. On peut facilement transgresser les règles éthiques et violer les mandats moraux parce qu’ils sont, dans la mesure où ils n’existent pas objectivement, intrinsèquement faibles. Par conséquent, chaque société civilisée est obligée de les établir fermement en tant que règles sociales en guise de récompense et de sanction. Ceux qui osent saper ces valeurs par un comportement imprudent et antisocial doivent être poursuivis sans pitié.
  • En principe, ces directives n’ont pas besoin d’être expliquées aux gens ni imposées aux gens par la force, car elles font partie de la disposition innée d’un être humain, et donc les gens absorbent ces valeurs morales naturellement et instinctivement. Par conséquent, la sincérité et l’honnêteté sont des vertus naturelles, tandis que la fraude et la tromperie sont négligeables. Ces choses ne sont pas conditionnées culturellement ou historiquement.
  • Ces mandats moraux sont des obligations sociales qui ne peuvent être contestées ou faire l’objet de référendums publics. Ce sont des événements sociaux dont le contenu et la signification sont sans équivoque. Le mensonge ou l’irrespect envers les parents sera toujours considéré comme un comportement répugnant et ne peut être réinterprété comme de l’honnêteté ou du respect. Établir ces valeurs morales comme normes sociales n’implique pas nier qu’il y a immoralité et mal dans ce monde. La religion est réaliste et pragmatique, dans laquelle il n’y a pas de place pour des visions ou des fantasmes irréels. On doit accepter le bien et le mal dans ce monde, de la même manière, reconnaître l’existence de la mort. Nous lisons:

Toute âme doit goûter la mort. Nous vous éprouverons par le mal et par le bien [à titre] de tentation. Et c’est à Nous que vous serez ramenés.  (Coran 21:35)

  • Ces lignes directrices reflètent des valeurs universelles qui couvrent toutes les périodes de l’histoire humaine. Cela signifie que leur vérité éthique est cachée sous leurs expressions explicites dans le Coran. Le vaste potentiel de la vérité éthique n’est pas épuisé par des expressions explicites de directives morales. En d’autres termes, on peut ajouter d’autres directives morales et étendre celles qui existent déjà. Ce qui est requis, c’est la sagesse humaine, pas la révélation divine. Les directives morales sont formulées par les personnes les plus astucieuses d’une société qui savent comment harmoniser les règles éthiques avec les expériences de vie des gens ordinaires et comment les relier à la sagesse accumulée de leur passé culturel. Sans aucun doute, l’histoire offre aux gens beaucoup de sagesse et est, en même temps, leur avertissement le plus féroce, car il reflète sans relâche les expériences réelles que les gens ont dans leur vie quotidienne.
  • Toutes ces lignes directrices morales sont étroitement liées, formant un réseau holistique de chaînes et de connexions; le partitionnement ou le partitionnement n’est pas autorisé, car il n’y a qu’un seul chemin indivisible. Le livre le dit ainsi:

Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc,..   (Coran 6:153)

L’adhésion à ces directives morales ne dépend pas de la force de la capacité individuelle et humaine. Croire en Dieu et suivre ces commandements moraux ne nécessite pas de compétences particulières ou une grande intelligence. Vous n’avez pas besoin d’être exceptionnellement doué pour savoir que tuer quelqu’un est mal. Cette aversion est enracinée dans la nature humaine. Peut-être, on peut comparer les piliers de l’islam et ses commandements avec ce que nous savons compter les buts dans le football: c’est, par exemple, 1 ou 0, mais jamais rien entre les deux.

O les croyants! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission. (Coran 3:102)

La morale est comprise ici comme une loi socio-spirituelle qui jette les bases de la relation entre les membres de la race humaine. Il distingue les êtres humains des animaux et est efficace quelle que soit la structure économique d’une société. La morale de la religion est caractérisée par une validité universelle. Il atteint sa caractéristique d ‘”éthique générale” par sa condition de révélation divine. Cette morale diffère de la simple coutume et de la tradition qui, bien que mentionnées dans le livre, n’ont pas été établies comme des règles précises ni, en raison de leur nature de pratique sociale en constante évolution, des règles explicitement particulières. En revanche, l’éthique sociale a été révélée sous la forme de commandements, la vérité, de Noé à Muhammad.

Ils sont toujours valables aujourd’hui et sont partagés par de nombreuses cultures différentes dans le monde; ils s’appliquent quelle que soit la nature du système économique ou de l’environnement social. En bref, ils sont le dénominateur commun (humain) qui unit les cultures, les systèmes politiques, la race, la classe et le sexe. Ils influencent directement le comportement social de l’individu une fois qu’ils ont été institutionnalisés en tant que norme ou pratique culturelle commune. Ce que tout musulman arabe et non arabe doit reconnaître, c’est que cette éthique ne se termine pas seulement par un engagement religieux, mais est une obligation sociale envers la société et, surtout, des obligations morales qui n’ont rien à voir avec la politique ou l’administration des affaires de l’Etat.

L’importance de la religion aux niveaux individuel, social et national varie considérablement, mais il y a plusieurs raisons pour lesquelles elle reste globalement importante. Les gens aspirent souvent à une meilleure compréhension du monde, et la religion cherche à répondre à nos questions et à assigner un but pour donner plus de sens à la vie. La religion peut également unir les sociétés et les nations.

La religion nous aide à faire face aux moments les plus stressants de notre vie car elle nous donne l’espoir de continuer. Il vous permet d’éviter la dépression et donc votre vie se déroule plus facilement et plus sainement. Il fournit une communication entre le Créateur et les humains.

Dieu a dit:

Et le jour où dans chaque communauté, Nous susciterons parmi eux-mêmes un témoin contre eux, Et Nous t’emmenerons [Muhammad] comme témoin contre ceux-ci. Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu’un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans. (Corán 16:89)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page