Articles

L’Islam est la religion de la liberté

Image result for freedom

– Liberté de choisir sa religion

“Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Dieu saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Dieu est Audient et Omniscient. ” (Coran2 : 256)

– Combattre l’esclavage

À l’époque préislamique, les esclaves étaient des biens commerciaux et l’esclavage était un système établi. C’était une source de subsistance pour des milliers de personnes. Pour l’aristocratie, le nombre d’esclaves dans la maisonnée était un symbole de statut. L’Islam aurait pu utiliser la force pour parvenir à la soumission, mais cela provoquerait sans aucun doute une animosité. La guerre de l’Islam contre l’esclavage avait pour objectif de changer l’attitude et la mentalité de l’ensemble de la société, afin qu’après leur émancipation, les esclaves en deviennent des membres à part entière, sans qu’il soit besoin de manifestations, de grèves, de désobéissance civile et de révoltes raciales, pour dire que l’Islam guerre contre l’esclavage dans lequel ni l’épée ni le sang n’ont été versés. L’Islam visait à saper les racines de son ennemi et a créé des alliés en suscitant l’instinct de ses adeptes.

Avant l’Islam, l’esclavage était sans restriction. Ceux qui ne pouvaient pas rembourser leurs dettes devenaient des esclaves ; les captifs de guerre ont été tués ou rendus esclaves. Les esclaves en fuite étaient chassés comme des animaux, tués ou capturés. L’Islam a interdit à ses partisans d’asservir les gens dans tous les cas.

– La source des esclaves avant l’Islam était la suivante :

L’envahisseur pourrait faire avec l’ennemi vaincu ce qu’il voudrait. Il pouvait mettre à mort les soldats arrêtés, les condamner à l’esclavage ou les maintenir sous son autorité ou sous son emprise.

Un chef ou un dirigeant peut asservir, selon son souhait incontesté, toute personne résidant sous son domaine.

Un père ou un grand-père avait une autorité absolue sur sa progéniture. Il pourrait les vendre ou les offrir. Les prêter à quelqu’un d’autre, ou les échanger avec le fils ou la fille d’un autre.

L’Islam a complètement asséché les deux dernières sources. Aucun dirigeant n’était autorisé à traiter ses sujets ou ses enfants comme ses esclaves. Chaque individu était doté de droits bien définis ; le souverain et le gouverné, le géniteur et la progéniture devaient vivre dans les limites prescrites par la religion ; personne ne pourrait transgresser ces limites.

Et cela a limité la première source, c’est-à-dire la guerre, en ne permettant l’esclavage que dans une guerre menée contre un ennemi incroyant. Dans le même temps, l’Islam a élevé le statut d’esclave à celui d’homme libre ; et ouvert de nombreuses voies pour l’émancipation des esclaves.

Avant que la traite des esclaves ne soit lancée à grande échelle par l’Occident (au début de la colonisation), les guerres étaient la principale source d’esclaves. L’Islam n’a pas permis les guerres d’agression. Toutes les batailles menées durant la vie du Prophète Muhammad étaient des batailles défensives.

Dans les batailles imposées aux musulmans, le Prophète Muhammad a ordonné que les prisonniers soient traités avec gentillesse. Ils pourraient obtenir leur liberté s’ils payaient une petite rançon, et certains sans rançon (certains enseignaient aux enfants musulmans de lire et d’écrire en rançon). Des conditions strictes étaient appliquées : aucune mère ne devait être séparée de son enfant, ni un frère d’un autre frère ni un mari de sa femme.

Après cela, l’Islam a lancé une campagne active pour libérer les esclaves, faisant de la libération d’esclaves un moyen d’expiation pour de nombreux péchés. Si un homme ne parvenait pas à jeûner sans aucune excuse pendant le mois de Ramadan, par exemple, il devait libérer un esclave chaque jour, en plus de rattraper le jeûne. En outre, un esclave devait être libéré pour chaque violation des vœux, un homicide accidentel, le meurtre involontaire d’un musulman et de nombreuses autres infractions.

L’objectif de l’Islam était de créer une société sans ce système odieux. Ainsi, toute femme esclave qui aurait eu un enfant de son maître, elle ne pourrait être vendue et, après la mort de son maître, elle deviendrait automatiquement une femme libre. Contrairement à toutes les coutumes antérieures, l’Islam a ordonné que l’enfant né d’une femme esclave de son maître suive le statut de père. Les esclaves ont le droit de se racheter eux-mêmes soit contre le paiement d’une somme convenue, soit à la fin du service pour une période convenue.

“.. , Ceux de vos esclaves qui cherchent un contrat d’affranchissement, concluez ce contrat avec eux si vous reconnaissez du bien en eux; et donnez-leur des biens de Dieu qu’Il vous a accordés,… ” (Coran 24:33)

Lorsqu’un esclave veut obtenir un contrat écrit mutuel, le maître doit l’accepter. Dieu a demandé aux musulmans d’aider les esclaves à atteindre la liberté.

L’Islam ordonne également que les esclaves en quête de liberté soient aidés par le trésor public. Le Prophète Muhammad et ses compagnons ont fourni une rançon aux esclaves sans les coffres de l’État. Le Coran reconnaît la libération des esclaves comme l’une des dépenses autorisées de la Zakat (aumône et charité). Quand un esclave veut la liberté, le maître doit l’aider à avoir la liberté de son propre argent. Les esclaves devraient mener une vie respectable après avoir gagné leur liberté. Ainsi, malgré une culture fondée sur l’esclavage, l’Islam a tracé la voie et légiféré le moyen le plus efficace de mettre fin à cette pratique odieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page